fps health belgium banner

Que font les autorités?

Depuis le jeudi 12 mars 2020, la Belgique est en « phase fédérale de gestion de crise ». Si le Conseil National de Sécurité prend les décisions politiques, celles-ci sont concrétisées par différentes cellules de crise interministérielles, interdépartementales et interrégionales coordonnées au sein d’un Comité fédéral de coordination. Décodage et coulisses sur le travail acharné de ces nombreuses personnes réunies notamment au Centre de crise National (NCCN).

Des concertations entre acteurs de la santé publique

Depuis janvier 2020 et l’émergence de la pandémie de COVID-19 en Chine, trois organes se réunissent tout particulièrement pour assurer le suivi de la situation au niveau sanitaire :

  • Le Risk Assessment Group (RAG) analyse le risque pour la population en se fondant sur des données épidémiologiques et scientifiques. Présidé par Sciensano, il se compose d’experts de Sciensano et des autorités de santé.

  • Le Risk Management Group (RMG) s’appuie sur l’avis du RAG pour prendre des mesures de protection de la santé publique. Présidé par le SPF Santé publique, il se compose de représentants des autorités fédérales et fédérées de santé.

  • Le Comité scientifique Coronavirus aide les autorités de santé à combattre le coronavirus. Le comité prononce un avis scientifique sur l’évolution du virus et contribue à la préparation optimale de notre pays à l’arrivée du nouveau virus respiratoire.

Depuis la phase fédérale, ces organes de concertation transmettent leurs avis à une « Cellule d’évaluation » (CELEVAL). Présidée par le SPF Santé publique, cette cellule est composée de représentants de Sciensano, du Comité scientifique sur le COVID19, du Conseil Supérieur de la Santé, des administrations en charge de la santé au sein des Régions et des Communautés ainsi que des SPF Intérieur et Mobilité. Elle remet un avis de santé publique pour conseiller les autorités dans la prise de décisions pour lutter contre la pandémie.

Des cellules spécifiques pour préparer et concrétiser les décisions

Vu l’impact important de cette pandémie sur l’ensemble de la vie socio-économique, plusieurs cellules de crise se sont constituées afin d’opérationnaliser la gestion de crise :

  • Le Cellule opérationnelle coordonnée par le NCCN. Via sa Permanence 24/7, cette cellule favorise le flux d’information entre les autorités, veille à l’opérationnalité des infrastructures de crise et assure l’alerte si nécessaire des cellules de crise.

  • La Cellule socio-économique est présidée par le SPF Economie et est composée de représentants des Ministres de l’Economie et de l’Emploi, de la Santé publique et des PME ainsi que des SPF Economie, Emploi et Travail, Mobilité, Sécurité sociale et du SPP Intégration sociale. Elle fait des analyses et remet des avis sur l’impact socio-économique des mesures prises ou à prendre.

  • La Cellule d’information est co-présidée par le SPF Santé publique et le NCCN. Elle veille à la coordination de l’ensemble des autorités locales, régionales, communautaires et fédérales pour une cohérence des stratégies et actions de communication de crise. Elle donne un avis stratégique aux autorités compétentes en se basant son action sur les perceptions en besoins en information de la population.

  • Les Cellules juridiques veillent à la rédaction des textes légaux et apportent des réponses aux multiples questions juridiques qui se posent dans le cadre de cette gestion complexe de crise.

  • La Cellule internationale facilite le flux d’information entre les autorités homologues de crise au niveau européen.

  • La Task Force Police intégrée coordonne les actions des services de police.

D’autres cellules ont encore été activées, pour implémenter les décisions en répondant à une série de questions fréquemment posées, ou pour encore veiller aux traductions des textes publiés. Depuis le jeudi 19 mars, l’ « Economic Risk Management Group » (ERMG) a également été mis en place afin d’assurer la gestion des risques économiques et macroéconomiques liée à la propagation du COVID19 en Belgique.

Des organes stratégiques et politiques pour décider

Depuis le début de cette pandémie, les autorités politiques ont pris des décisions basées sur les recommandations des experts sanitaires en la matière.

  • Le Conseil National de Sécurité (CNS), composé essentiellement de la Première Ministre et des Vice-Premiers Ministres, a été élargi aux Ministres-Présidents des Régions et des Communautés. Cet organe collégial prend les décisions politiques pour la gestion de cette crise.

  • Le Comité fédéral de coordination (COFECO) est placé sous la présidence du NCCN. La gestion spécifique des aspects médicaux (capacité des hôpitaux, moyens de protection, tests, …) est coordonné par le SPF Santé publique. Le COFECO est composé du Président du RMG et de représentants de la Première Ministre, des Ministres fédéraux de l’Intérieur, de la Justice, des Finances, Affaires étrangères, Santé publique, Budget, Mobilité, Défense, Emploi et Travail, ainsi que des Ministres-Présidents des Régions et des Communautés. Les administrations suivantes y sont également représentées : les SPF Santé publique, Mobilité, Economie et la Défense, ainsi que les Centres de crise régionaux et la Police fédérale. Il prépare et coordonne au niveau stratégique l’implémentation des décisions politiques du CNS.

Pour opérationnaliser ces décisions stratégiques et politiques, des concertations sont organisées avec les Gouverneurs de province, la Haut-Fonctionnaire de Bruxelles et le Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale afin qu’ils puissent à leur tour coordonner les actions au niveau communale.

Les experts des autorités sanitaires développent constamment des procédures destinées aux professionnels de la santé. Ils savent comment reconnaître rapidement un patient potentiellement infecté par le coronavirus et ce qu’il faut faire le cas échéant. Le virus peut être rapidement identifié dans différents laboratoires. Tous les hôpitaux de notre pays sont en mesure de soigner les patients en toute sécurité.


Steven Van Gucht

Steven Van Gucht est le président du Comité scientifique et chef du service ‘Maladies virales’ de Sciensano, l’Institut belge de santé. Il est virologue, spécialisé dans les virus et zoonoses émergents, les zoonoses étant des maladies transmissibles de l’animal à l’homme.


Marc Van Ranst

Marc Van Ranst est médecin, virologue et épidémiologiste. Il est à la tête du laboratoire de la KU Leuven qui teste les personnes susceptibles d’avoir été contaminées par le coronavirus. Ce laboratoire est le Laboratoire national de référence pour le coronavirus.


Nathalie Bossuyt

Nathalie Bossuyt est médecin et épidémiologiste. Elle est responsable pour la surveillance des infections respiratoires au service ‘Epidémiologie des maladies infectieuses’ de Sciensano, l’Institut belge de santé. Ce service suit de près la diffusion du coronavirus.


Erika Vlieghe

Erika Vlieghe est responsable du département ‘Médecine interne générale, maladies infectieuses et médecine tropicale’ de l’UZ Antwerpen, l’un des hôpitaux de référence pour le coronavirus. Elle fait partie du Comité scientifique en raison de son expertise en matière de recherche sur les maladies infectieuses et le traitement des patients qui en sont atteints.


Charlotte Martin

Charlotte Martin est infectiologue, chef de clinique adjoint au CHU Saint-Pierre à Bruxelles, qui est également le Centre de référence pour les Maladies Hautement Contagieuses et Emergentes. S’ils doivent être hospitalisés, les patients infectés par le coronavirus le seront au CHU Saint-Pierre où le Dr Charlotte Martin et son équipe seront prêts à les accueillir